Nouvelles immobilières

  • Pas de répit estival pour l’immobilier résidentiel montréalais : un mois d’août record tant pour le nombre de ventes que pour la hausse des prix

    L’Île-des-Sœurs, le 4 septembre 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 4 878 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d’août 2020, ce qui représente une hausse de 39 % par rapport au même mois l’année dernière et un sommet du nombre de transactions réalisées pour cette période de l’année depuis que le système Centris collecte les données de marché (2000).

    « Les pertes de transactions occasionnées par le confinement, au début du printemps, ont quasiment toutes été récupérées grâce à une activité phénoménale durant les mois de juillet et d’août, qui figurent habituellement parmi les plus tranquilles de l’année », souligne Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « La crise sanitaire a manifestement des effets inattendus sur le comportement des acheteurs, alors qu’on observe un engouement renouvelé pour la propriété, notamment la catégorie unifamiliale. Contre toute attente, cet engouement est soutenu par une hausse marquée du taux d’épargne d’un bon nombre d’acheteurs au cours des derniers mois. Cette situation est particulièrement profitable aux banlieues, où les cas de surenchère se multiplient et les conditions de marché sont toujours extrêmement favorables aux vendeurs », ajoute-t-elle.

    Variation des ventes par secteur

    Sur le plan géographique, les six principaux secteurs de la RMR ont affiché des augmentations remarquables du nombre de transactions en août. Vaudreuil-Soulanges, la Rive-Nord et Laval ont devancé les autres secteurs, avec des hausses respectives de 62 %, 51 % et 48 % par rapport à 2019. La Rive-Sud (+39 %), l’île de Montréal (+29 %) et Saint-Jean-sur-Richelieu (+17 %) ont également fait bonne figure.

    Statistiques par catégories de propriétés

    À l’échelle de la RMR, l’unifamiliale a affiché la plus forte progression des ventes (2 601 transactions) en août, avec une hausse notable de 47 %. De leur côté, les ventes de copropriétés se sont élevées de 36 % par rapport à août 2019, avec 1 861 transactions, tandis que celles de plex de deux à cinq logements ont enregistré une augmentation de 12 % (410 transactions).

    Au chapitre des prix

    À l’échelle de la RMR, le prix des propriétés a bondi en août, et ce, pour les trois catégories de propriétés.

    Le prix médian des maisons unifamiliales a gagné 24 % en comparaison d’août 2019, pour s’établir à 427 500 $. Il s’agit de la plus forte croissance répertoriée à ce chapitre, toutes périodes confondues, depuis que les statistiques Centris sont compilées. Soulignons que les ventes de maisons réalisées à un prix supérieur à un million de dollars ont plus que doublé comparativement à un an plus tôt (+136 %), ce qui a eu une incidence sur la hausse du prix médian.

    Du côté de la copropriété, la moitié des transactions ont été effectuées à plus de 312 000 $, ce qui représente une hausse de 12 %. En ce qui a trait aux petits immeubles locatifs de deux à cinq logements, leur prix médian a atteint 599 500 $, soit 13 % de plus qu’en août l’an dernier.

    Nombre de propriétés à vendre

    Le nombre de propriétés à vendre a continué sa descente en août, alors qu’on dénombrait 12 953 inscriptions résidentielles en vigueur sur le système Centris, soit 21 % de moins qu’un an plus tôt. Il faut remonter à août 2003 pour observer un niveau similaire d’inscriptions en vigueur dans la région métropolitaine de Montréal.

    Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois d’août et du cumulatif 2020, cliquez ici.

    À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

    L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

    À propos de Centris

    Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

  • Un mois d’août phénoménal à Québec : l’activité bouillonne, l’avantage passe aux vendeurs et la hausse des prix s’accroît

    Québec, le 4 septembre 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Au total, 831 ventes ont été enregistrées au cours du mois d’août 2020, soit une hausse remarquable de 62 % par rapport au même mois l’an dernier. Il s’agit également de la plus forte croissance d’activité parmi les six régions métropolitaines du Québec.

    « Depuis le début de l’année, sur une base cumulative, les ventes dans la RMR de Québec sont en hausse de 19 % par rapport à la même période en 2019. Le marché de Québec est sur une lancée que la crise sanitaire n’a aucunement freinée, bien au contraire! », déclare Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « La combinaison de facteurs déjà favorables à la reprise du marché immobilier de Québec et l’effet finalement positif de la crise sanitaire sur l’immobilier résidentiel et sur l’épargne de nombreux ménages dans la région intensifient l’engouement pour la propriété résidentielle, de plus en plus associée à une valeur refuge et à un bien essentiel. »

    Variation des ventes par secteur

    • La Périphérie nord s’est démarquée des deux autres grands secteurs de la RMR de Québec en août, alors que les transactions y ont doublé comparativement au même mois l’an dernier (122 ventes).
    • La hausse d’activité a aussi été notable dans l’Agglomération de Québec, soit de 65 %, à 535 transactions.
    • La Rive-Sud de Québec a quant à elle connu une progression un peu plus modérée du nombre de transactions, à hauteur de 37 % (174 ventes).

    Statistiques par catégories de propriétés

    • En août, chacune des trois principales catégories de propriétés a enregistré un record d’activité depuis que les statistiques Centris sont compilées (2000).
    • Les ventes de maisons unifamiliales ont connu une solide progression (+62 %), avec un niveau de transactions affichant 559 unités. De plus, soulignons que les transactions d’unifamiliales dont le prix était supérieur à 500 000 $ ont bondi de 63 % comparativement à la même période l’an dernier (44 ventes).
    • Du côté de la copropriété, 207 transactions ont été réalisées, soit une hausse de 52 % par rapport à août 2019.
    • Avec cet excellent niveau d’activité, il fallait compter 7,4 mois pour écouler tout l’inventaire de maisons unifamiliales à vendre, soit 2,8 mois de moins qu’à la même période l’an dernier. Notons que les conditions de marché sont désormais favorables aux vendeurs d’unifamiliales dans la RMR de Québec tandis qu’elles avantagent toujours les acheteurs pour la copropriété, avec un inventaire représentant 11,6 mois de ventes.

     Au chapitre des prix

    • Toujours à l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a enregistré une augmentation de 6 % par rapport à août 2019, pour s’établir à 275 000 $.
    • Après avoir connu quatre baisses mensuelles consécutives, le prix médian des copropriétés a finalement rebondi de 4 % au mois d’août, avec la moitié des transactions réalisées à plus de 199 000 $.

    Nombre de propriétés à vendre

    En août, on dénombrait 4 973 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Québec, soit un niveau inférieur de 33 % à celui enregistré au même mois l’an dernier. Une chute particulièrement marquée qui s’explique par une accélération rapide de la croissance des ventes depuis le début de l’année et une baisse des nouvelles inscriptions.

    Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois d’août et du cumulatif 2020, cliquez ici.

    À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

    L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

    À propos de Centris

    Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

  • Marché immobilier à Québec : les ventes se maintiennent à des niveaux élevés et les inscriptions en vigueur diminuent fortement

    Québec, le 6 août 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Au total, 899 ventes ont été enregistrées au cours du mois de juillet 2020, soit une hausse impressionnante de 43 % par rapport au même mois l’an dernier. Cette activité se poursuit après un rebond déjà très important des transactions conclues en juin, suivant la levée de mesures exceptionnelles visant à contenir la propagation du nouveau coronavirus.

    « Les ventes de propriétés dans la région de Québec maintiennent une forte cadence, ce qui commence à se traduire par un déclin prononcé des inscriptions en vigueur, accentué par la chute des nouvelles inscriptions », constate Julie Saucier, présidente et chef de direction de l’APCIQ. « Comme nous l’avions prévu, cette situation permet un resserrement plus rapide des conditions de marché à la faveur des vendeurs dans plusieurs secteurs, notamment pour l’unifamiliale. »

    Variation des ventes par secteurs

    • En juillet, la croissance des ventes s’est accélérée dans les trois principaux secteurs de la région métropolitaine. Cette forte activité confirme une effervescence qui s’est manifestée au printemps.
    • C’est surtout la Périphérie nord de Québec qui attire l’attention, avec des ventes qui se sont propulsées de façon spectaculaire en juillet (+73 %).
    • L’Agglomération de Québec et la Rive-Sud ont également enregistré un bond remarquable des transactions de 39% comparativement au mois de juillet l’an dernier.

    Statistiques par catégories de propriétés

    • Les ventes de maisons unifamiliales ont progressé substantiellement en juillet (+38 %), le niveau des transactions atteignant 616 unités. Au cours du mois, on dénombrait 2 930 inscriptions en vigueur, soit nettement moins qu’en juillet 2019 (-33 %).
    • Encore ce mois-ci, les ventes de copropriétés, avec 216 transactions, ont enregistré une hausse marquée, soit de 55 %, par rapport au même mois de 2019. Le délai de vente moyen est parallèlement descendu à 161 jours, soit 4 jours de moins qu’à la période correspondante, l’année dernière.

    Au chapitre des prix

    • Toujours à l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a connu une augmentation soutenue de 4 % par rapport à juillet 2019 pour s’établir à 275 000 $.
    • Le prix médian des copropriétés affiche pour sa part un quatrième recul mensuel consécutif, à 190 000 $ (-6 %) dans la RMR de Québec. L’essentiel des transactions (178) s’est effectué dans l’agglomération de Québec, où le prix médian a atteint 192 000 $, soit une diminution de 9 % par rapport à l’année dernière.

    Nombre de propriétés à vendre

     En juillet, on dénombrait 5 233 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Québec, soit un niveau largement inférieur (-29 %) à celui du même mois l’année précédente.

    Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois de juillet et du cumulatif 2020, cliquez ici.

    À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

    L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

    À propos de Centris

    Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

  • En juillet, le rebond des ventes et des mises en marché se généralise à tous les secteurs de la RMR de Montréal

    L’Île-des-Sœurs, le 6 août 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 5 356 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juillet 2020, ce qui représente une hausse de 46 % par rapport au même mois l’année dernière et un nouveau sommet historique pour cette période de l’année. Dans la continuité de ce qui avait été enregistré en juin, le rattrapage des transactions qui n’avaient pu se faire au début du printemps à cause des mesures visant à réduire la propagation du nouveau coronavirus explique en bonne partie la prolongation de ce rebond en juillet.

    « La reprise des transactions gagne en force à Montréal, tout comme – mais dans une moindre mesure – celle des nouvelles inscriptions, ce qui ne laisse pas entrevoir de relâchement significatif du marché pour le moment », fait remarquer Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « Les conditions demeuraient très favorables aux vendeurs en juillet avec des prix encore en forte hausse », ajoute-t-elle.

    Variation des ventes par secteur

    • Sur le plan géographique, les six secteurs de la RMR ont affiché une progression marquée du nombre de transactions en comparaison avec le mois de juillet 2019, avec une croissance des ventes impressionnante sur la Rive-Nord de Montréal (+84 %) et à Vaudreuil-Soulanges (+65 %).
    • Les marchés périphériques de la région métropolitaine continuent donc de bénéficier d’un engouement important qui s’est accru dans le contexte de la crise sanitaire. Ainsi, les secteurs de Saint-Jean-sur-Richelieu et de la Rive-Sud de Montréal enregistrent eux aussi un fort rebond des transactions de 51 % et 41 %, respectivement. Laval suit avec une hausse des ventes de 33 %.
    • L’île de Montréal, pour sa part, renoue avec une activité beaucoup plus soutenue depuis le début de la pandémie : ce secteur majeur a connu un vif regain par rapport à juillet 2019, avec une croissance de 31 % des ventes.

    Statistiques par catégories de propriétés

    • À l’échelle de la RMR, l’unifamiliale est la catégorie de propriétés qui a affiché la plus forte progression des ventes en juillet, soit une augmentation de 48 % à ce chapitre.
    • Les segments de la copropriété et du plex ont eux aussi enregistré des rebonds appréciables, avec une hausse respective de 45 % et 34 % du nombre de ventes.
    • Les délais de vente ont diminué pour chacune des trois catégories de propriétés en juillet. Le temps nécessaire pour qu’une copropriété trouve preneur (41) a chuté de 30 jours par rapport au même mois l’an dernier, tandis que les délais pour vendre une maison unifamiliale (57) et un plex (71) se sont écourtés de respectivement 6 jours et 7 jours.

     Au chapitre des prix

    • La hausse des prix s’est révélée particulièrement forte en juillet pour chacune des trois catégories de propriétés.
    • À l’échelle de la RMR, le prix médian des maisons unifamiliales s’est établi à 423 000 $ le mois dernier, soit un bond de 18 % par rapport à juillet 2019.
    • Le prix médian des copropriétés a pour sa part progressé de 12 %, à 312 000 $, tandis que celui des plex s’est élevé de 7 %, à 624 900 $.

    Nombre de propriétés à vendre

    En ce qui a trait à l’offre de propriétés, les 5 960 nouvelles inscriptions en juillet (+38 %) représentent un revirement de tendance, après six années de baisses consécutives pour cette période de l’année. En effet, il faut remonter à juillet 2014, le dernier sommet, pour trouver un nombre similaire (5 588). Par contre, on dénombrait 12 803 inscriptions résidentielles en vigueur sur le système Centris en juillet, soit 24 % de moins qu’un an plus tôt.

    Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois de juillet et du cumulatif 2020, cliquez ici.

    À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

    L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

     À propos de Centris

    Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

  • Les courtiers commerciaux de Cushman & Wakefield choisissent l’APCIQ

    L’Île-des-Sœurs, le 22 juillet 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) annonce qu’elle a accueilli une quarantaine de courtiers membres de l’agence immobilière commerciale Cushman & Wakefield.

    « Nous sommes très fiers de l’arrivée de cette entreprise, qui a permis de diversifier encore davantage notre membership et renforce le profil commercial de notre association », a déclaré Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ.

    Cushman & Wakefield, une des plus importantes sociétés de services immobiliers avec près de 53 000 employés répartis dans environ 400 bureaux et 60 pays à travers le monde, possède deux bureaux au Québec, soit un au centre-ville de Montréal et l’autre dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

    « Nous sommes ravis de nous associer à l’APCIQ, qui continue d’accroître sa présence à travers la province », souligne Luciano D’Iorio, directeur général de Cushman & Wakefield Québec. « Notre adhésion à l’APCIQ nous donne aussi accès à la plateforme Centris, ce qui procure une visibilité supplémentaire à nos inscriptions auprès d’un vaste réseau de courtiers collaborateurs et ces derniers nous aident à répondre aux besoins immobiliers de nos clients. C’est un partenariat gagnant pour toutes les parties concernées. »

    Cushman & Wakefield se joint ainsi à un important réseau de courtiers immobiliers commerciaux membres de l’APCIQ. Notons que l’Association possède un regroupement de courtiers immobiliers commerciaux composé de près de 1 000 membres. Ce regroupement organise régulièrement des activités de formation et de réseautage afin d’aider les courtiers commerciaux à garder leurs connaissances à jour et à développer leur réseau de contacts.

  • Chute des ventes et des inscriptions dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe au deuxième trimestre de 2020

    L’Île-des-Sœurs, le 16 juillet 2020 — L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de l’agglomération de Saint-Hyacinthe, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 152 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du deuxième trimestre de 2020, soit une diminution de 28 % par rapport à la même période en 2019, essentiellement attribuable aux mesures visant à réduire la propagation de la COVID-19.

    Les 97 ventes de maisons unifamiliales conclues d’avril à juin 2020 représentent un recul de 28 % comparativement à la même période l’année dernière. De leur côté, pour la même période comparée, les ventes de copropriétés ont connu une baisse de 38 %, avec seulement 31 transactions. En revanche, les ventes de petits immeubles locatifs de deux à cinq logements sont passées de 25 transactions, au deuxième trimestre de 2019, à 23, au deuxième trimestre de cette année.

    En ce qui a trait aux prix, des hausses substantielles ont été enregistrées pour la période d’avril à juin. Le prix médian des unifamiliales a augmenté de 11 % en douze mois, pour s’élever à 274 500 $.
    La copropriété a quant à elle affiché une croissance de 10 % à ce chapitre, avec un prix médian de 190 000 $.

    Les délais de vente moyens, pour l’unifamiliale et la copropriété, étaient respectivement de 69 jours et 66 jours, soit une baisse de -16 jours et de -11 jours. Le marché immobilier s’est rapidement resserré depuis un an dans la région de Saint-Hyacinthe, avec seulement 4,1 mois d’inventaire pour les maisons unifamiliales et 2,7 mois pour les copropriétés. Dans ce contexte, les délais de vente se raccourcissent et les prix bondissent pour ces deux catégories de propriétés.

    « En raison de l’incertitude liée à la crise sanitaire ainsi que des mesures visant à limiter la propagation du virus décrétées par le gouvernement, l’offre de propriétés à vendre a continué de diminuer fortement pour un onzième trimestre consécutif, ce qui a contribué à un resserrement supplémentaire des conditions de marché en faveur des vendeurs malgré la chute des ventes », constate Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « D’avril à juin 2020, on comptait en moyenne 167 inscriptions au système Centris des courtiers immobiliers, soit une baisse de près de la moitié comparé à un an plus tôt (-49 %) », ajoute-t-elle.

    Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.